Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société. http://revues.mshparisnord.org/filigrane/index.php/lodel/docannexe/image/504/css/docannexe/file/649/lodel Filigrane se consacre à la musique considérée comme un champ de forces où s’élabore le sens, une activité métaphorique où l’homme emploie ses facultés à construire tant le monde que lui-même. Les sciences humaines y croisent donc naturellement la singularité de l’art. Filigrane souhaite aborder sans esquive les thèmes difficiles et épineux (politiques, sociaux, spirituels et intellectuels...) que rencontre la musique et, de ce fait, associe à ses réflexions des chercheurs de toutes disciplines aussi bien que des artistes. Dernier numéro de la revue : "Gestes et mouvements à l'œuvre : une question danse-musique, XXe-XXIe siècles" fr Éditorial http://revues.mshparisnord.org/filigrane/index.php/lodel/docannexe/image/504/css/docannexe/file/649/lodel/index.php?id=775 L’ensemble des communications publiées sous ce titre dans ce nouveau numéro de Filigrane sont issues du colloque éponyme qui s’est tenu les 17, 18 et 19 janvier 2013 à l’Université Paris 81. Organisées par Olga Moll, Pauline Nadrigny, Christine Roquet et Katharina Van Dyk, ces journées proposaient de reposer autrement la question des relations entre danse et musique, s’inscrivant par là-même dans la continuité d’un débat actuel à échelle internationale et interdisciplinaire2. Loin de se limiter à une interrogation sur la nature ou la diversité historique des liens qui (dés)unissent danse et musique, en envisageant par exemple de nouvelles typologies de leurs rapports, ou en rappelant, par balayage diachronique, les liaisons qu’entretinrent ces deux arts tout au long de l’histoire occidentale – vassalisations successives, dépendances respectives, expérimentations d’autonomie –, il s’agissait, durant ce temps d’échanges, de s’amarrer à cette question directrice ténue mais non moins exigeante : comment en danse, en musique et dans leur association, sont pensés et mis en œuvre mouvement et geste ?À la croisée des études en philosophie, en danse et en musique, ce colloque et les communications orales et écrites qui en découlent, situent leurs propos sur un plan délibérément esthétique, c’est-à-dire au cœur même de l’expérience musicale et chorégraphique, aussi bien du point de vue de la création que de la réception. Un tel parti pris de départ a conduit à privilégier les études p jeu, 01 déc 2016 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.org/filigrane/index.php/lodel/docannexe/image/504/css/docannexe/file/649/lodel/index.php?id=775